Vous êtes ici : Accueil / Pages supp / Parcours pédagogique Heymbosch / Un peu d’histoire

Un peu d’histoire

Le lieu-dit Heymbosch et ses proches voisins (Weygaerd block, Hels Veld, Dilighem Berg), autrefois propriété des chanoines de l’Abbaye de Dieleghem, sont formés d’un double plateau étagé assez désolé, coupé par une profonde dépression (Dilighem Berg) résultant des carrières qui y furent exploitées entre le 13ème et le 18ème siècle.

Des carrières au reboisement

Au temps de l'abbaye, les carrières situées sur le site du Heymbosch ont permis de fournir en matériaux les ‘villae’ gallo-romaines de la région, différentes constructions monastiques ou  encore la tour Nord de la collégiale Sainte-Gudule, en 1434. Lorsque les pierres commencèrent à manquer et que la carrière s’épuisa, les chanoines boisèrent le terrain environnant avec des hêtres principalement. Ce choix fut effectué en raison de la croissance rapide du hêtre, de la comestibilité de ses fruits, ainsi que des zones d’ombre qu’il provoque.

Il est difficile de dater précisément le reboisement du talus du Heymbosch, mais une photographie aérienne de 1935 atteste de la présence de nombreux champs ainsi que de deux zones boisées espacées par une parcelle de culture. L’urbanisation, à cette époque, se résumait à quelques bâtisses éparpillées sur le territoire. Une autre photographie aérienne datant du printemps 1971 montre une urbanisation nettement plus marquée par la construction de nombreux immeubles et par un découpage du quartier. On note également la disparition des champs et d’une partie des zones boisées. On peut donc supposer que le reboisement du site date de cette période-là.

Zone verte protégée

En septembre 1997, la requête introduite par près de 1.200 habitants du quartier a pu empêcher la construction d’un lotissement sur le site même du Heymbosch. La commune reconnut     alors au site une valeur écologique, éducative et sociale. Au mois d’octobre de la même année, les autorités locales ont attribué au talus du Heymbosch le titre de ‘zone verte protégée’.
 

Vie privée